Catherine FOURNIER - DANS LES HAUTS DE FRANCE

"Je ne peux rester sans réaction face  à une situation de blocage comme celle que nous sommes en train de vivre sur notre territoire. Le Calaisis est positionné comme un exceptionnel lieu de passage vers le UK par le dynamisme de son port et du tunnel sous la Manche. C’est d’abord la liaison la plus rapide pour faire transiter passagers et marchandises outre manche.

Que ce soient les acteurs économiques ou les acteurs politiques, chacun travaille depuis des années pour protéger, maintenir, et développer cette attractivité synonyme d’activité économique et, ce avec pour seule ambition de rendre la vie meilleure à ses habitants et de leur préparer un avenir prometteur.Cette réussite a une contrepartie qu’il nous faut apprendre à gérer, elle génère des flux importants, calibrés mais qui souffrent d’un engorgement rapide si sa fluidité est mise à mal dès qu’un évènement la perturbe. Nous le savons, nous avons eu à gérer de nombreux problèmes et je dirais que nous les cumulons depuis ces dernières années.Tous avons notre part de difficultés, et elles ne sont pas des moindres  et nous nous devons d’être solidaires c’est ce qui nous a, jusqu’à ce jour, permis de les surmonter.

Mais l’accumulation génère aujourd’hui un désarroi et une colère tels qu’il me faut réagir. Mon propos sera clair, il ne portera pas sur un arbitrage du bien fondé de revendications ou d’un quelconque à priori mais d’un appel à la raison et à cette solidarité et ce respect dont nous avons tous fait preuve jusqu’à maintenant.

C’est un mouvement de mécontentement douanier qui provoque actuellement les blocages routiers que nous connaissons.

La parlementaire que je suis respecte les doléances des douaniers pour une rétribution à la hauteur de leur mission tout comme je respecte tous les acteurs économiques qui contribuent à faire mieux vivre nos concitoyens.  C’est une contestation qu’ils ont décidé d’afficher de manière plus active dès le 4 mars dernier provoquant alors des perturbations routières très importantes.

J’en appelle solennellement aux Pouvoirs Publics pour retourner à la table des négociations pour Calais, pour sa population, pour la considération de ses acteurs économiques, pour son image. Nous ne pouvons plus supporter une telle situation. Nos efforts ne peuvent pas être vains, Que ce soit le Président de Région, la Présidente de l’agglomération, les représentants d’entreprises comme des salariés, tous se mobilisent en permanence pour aller de l’avant.

Le mouvement des gilets jaunes a appris une chose à nos gouvernants, c’est que laisser pourrir une situation, c’était semer et accentuer  le mécontentement. Nous vivons avec les réseaux sociaux une information qui circule vite, où les réponses nous sont données dans l’instant.  Le Gouvernement  doit comprendre que les négociations doivent être considérées avec ce même facteur de réactivité.

Toutefois si j’entends le mal-être des douaniers, je ne peux occulter celui silencieux de notre population locale. Je sollicite donc une écoute de leur part,  celle même qu’ils reprochent ne pas avoir auprès de leur ministre de tutelle.

J’en appelle à la considération des douaniers pour tous les salariés qui souffrent au quotidien de ne pouvoir se rendre sur leur lieu de travail à temps et qui de fait les fragilisent,

J’en appelle à la considération des douaniers pour tous ces artisans qui ne peuvent se rendre sur leur chantier et mettent ainsi leur activité en péril et les emplois associés par voie de conséquences,

J’en appelle à la considération  des douaniers pour les commerçants qui voient la fréquentation de leur commerce baisser,

J’en appelle à la considération des douaniers pour ces chauffeurs routiers pris en otage et qui restent bloqués sur l’autoroute des heures parfois 9 h sans pouvoir être ravitaillés avec la tempête en toile de fond,

J’en appelle à la considération des douaniers pour ces sociétés de transports qui ont choisi de passer par Calais par privilège et qui perdent de l’argent par cette immobilisation du trafic,

J’en appelle à la considération des douaniers pour tous ces gens souvent les plus fragiles  qui hésitent à se déplacer dans un tel contexte.

 La colère que nous ressentons dans votre mouvement nous l’appréhendons, mais vous, Mesdames et Messieurs de la Douane s’il vous plait ne restez pas  insensibles aux conséquences humaines qu’il entraine.

La solidarité c’est la compréhension de l’autre et son respect,  et le gouvernement a sa part de responsabilité, je l’interpellerai  la semaine prochaine aux Questions d’actualités. J’ai déjà contacté le Cabinet du Ministre en charge pour que les négociations soient reprises et prennent en compte les spécificités locales. N’attendons pas le rendu d’une concertation nationale pour gérer un conflit local bien ciblé dans ses revendications et qui a sa particularité.

Je comprends vos  frustrations de ne pas être entendus mais ne l’imposez pas systématiquement à ceux qui ne le méritent pas.

C’est un appel à l’apaisement que je vous envoie.
En vous remerciant"

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X