Catherine FOURNIER - AU SENAT - PARTICIPATIONS

Paris, le 18 décembre 2017
- Lettre ouverte -

"Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Ministre de l’Intérieur,
Monsieur le secrétaire d'État auprès du Premier ministre,

L’annonce gouvernementale d’une concertation sur une éventuelle réduction de la vitesse à 80km/h sur les routes départementales appelle une question simple : demander les résultats de l’expérimentation menée depuis 2 ans sur trois tronçons français et achevée le 1er juillet 2017.
Cette question légitime fut posée le jeudi 14 décembre au Sénat.
Les Sénateurs attendaient logiquement la production et l'analyse de ces résultats.
Ils appelaient le Gouvernement à faire preuve de pédagogie afin que toute prise de décision soit bien
comprise et acceptée des automobilistes.
Ils attendaient du Gouvernement des arguments convaincants, permettant d'espérer qu'une telle
mesure, même impopulaire, soit efficace et surtout pas contre-productive.
En retour, la représentation nationale n’a eu droit qu’à l’invective, se voyant accusée de faiblir dans la
lutte contre la délinquance routière.
Pour ne pas répondre sur le fond, le Gouvernement a choisi la posture de la démagogie en cherchant à
culpabiliser les élus.
Cette méthode alimentera inévitablement les interrogations et les soupçons sur cette expérimentation
soigneusement occultée. Le Gouvernement commet une lourde erreur en refusant un débat certes
difficile mais qui eut été courageux et salutaire.
Pour ces raisons, les signataires vous demandent la production de ces résultats avant d’engager une
réflexion sur la réduction de la vitesse sur les routes départementales."

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X